cholet.fr

Le site de Cholet et son agglomération

Fil d'ariane : Accueil/Actualités/Infos Culturelles/Théâtre Saint-Louis - Gros plan sur.../Le Grand C

Le Grand C

Archives - Cet article date de plus de 6 mois
Par la Compagnie XY
Jeudi 6 décembre
Théâtre Saint-Louis

La Cie XY voit le jour en 2005, à l'initiative d'Abdel Senhadji et Mahmoud Louertani. Comme un prolongement naturel de la transmission et du partage de leur pratique avec leurs duos d'élèves : Denis Dulon / Airelle Caen et Anne De Buck / Mikis Minier-Matsakis, ils créent un spectacle ensemble autour des portés acrobatiques.

Les duos de portés vont alors fusionner dans une proposition artistique. Les énergies vont se combiner pour exprimer les possibilités acrobatiques dans une démarche de création collective : le spectacle "Laissez-Porter" voit le jour en mai 2005, sous le regard complice de Christian Lucas.

Près de 200 représentations plus tard et une quinzaine de pays traversés, la compagnie prend sa route et sa démarche avec "Le Grand C". C'est l'histoire d'un collectif de 17 interprètes qui partent à la rencontre du public en tous lieux, de la rue à la salle de spectacle.

"On s'est retrouvé, à l'initiative des anciens, pour faire un bout de chemin ensemble. Histoire de mixer les générations et parler de notre régression, avec les mots qui nous restent, avec ce qui nous parle : le loi du "Pliez-Sautez", la nécessité de s'envoyer en l'air et de ne jamais redescendre. S'ériger en haut quand tout s'effondre. Ça ne sert peut-être à rien, mais c'est comme ça qu'on existe, c'est comme ça qu'on résiste. Le plaisir d'être ensemble, ne rien jouer, afin de mieux suggérer, laisser transpirer le travail, le travail et encore le travail... C'est notre terreau, notre ciment, c'est grâce à lui qu'on est passé d'une somme d'individus à un Grand Collectif."

Bousculant le principe du duo et renversant le rapport homme / femme récurrents dans les portés acrobatiques, les 17 interprètes explorent de nouvelles voies dans les états de corps, la technique de cirque et surtout ce qu'ils sont capables de raconter à un public.

Travail de lancés, de chutes, de construction et de déconstruction de pyramides et de colonnes... Se dévoile ainsi, en un peu plus d'une heure, un univers en trois dimensions à la fois sublime, démesuré et empreint d'une folle humanité. Une micro société avec ses codes et ses rites surprenants, qui vous révèleront, si vous y prêtez attention, des personnalités tendres, puissantes, sensuelles, drôles et poétiques. Si loin et si proches de nous.

Presse

Le Grand C : la perfection des oiseaux
La Compagnie XY invente une vaste récréation qui fait la part belle aux portés acrobatiques. Ils sont 17, comme autant d'oies sauvages en migration de printemps. C'est lors d'une résidence à la Maison de la Culture de Tournai qu'ils ont patiemment construit leur spectacle, l'été dernier, avant d'investir la scène européenne. Les voilà de retour : la Piste aux Espoirs leur offre un écrin pour deux représentations.

De ciel ou d'instinct ?

Plein silence, plein soleil. Dans la pénombre, les silhouettes s'engagent, se croisent, traçant une géométrie savante et résolue. Hommes des bois, des rues, des pages libres. Femmes pivoines, en marche et en jardin. Ce microcosme ailé n'en fait qu'à sa tête, à la conquête de la verticalité, de l'équilibre. Il bouscule cent conventions, prétend convoquer les unes et les autres à un rituel sauvage, tisse des liens invisibles entre des duos, des trios conjugués. La belle humeur circule entre leurs pyramides, leurs traversées. Ces migrateurs ont un secret : est-ce l'instinct qui les guide, dans un espace parfaitement maîtrisé, une chorégraphie majuscule ?

"Le Grand C, c'est le grand collectif", explique Denis, l'un des artistes. "Certains ont trois années de métier, d'autres vingt-sept. Si un œil extérieur nous a aidés à faire des choix, à prendre des décisions, tout vient de nous, de nos recherches, de nos complicités. Pas de leader, mais des sous-chefs, à tour de  rôle. Anne, blessée quelques temps, nous a servi elle aussi de miroir, à travers nos essais et répétitions. On était là pour essayer plein de choses et non pour faire ce qui a déjà été fait. C'est la force du groupe." D'une mêlée de rugby à la musique festive, les étapes de la création se sont appuyées sur les expériences personnelles, magnifiquement différentes. "Cette image du groupe est essentielle", ajoute Mikis. "Dès le départ du projet, il y avait cette envie d'effacer l'individu, de mettre en place une imagerie collective".

L'expérience des porteurs catalans, le chœur vocal, l'approche joviale, superpositions, des cascades, des enfilades : une poésie ruisselante s'installe sur la vaste scène. Les performances s'intègrent à la flambée métissée des sauts périlleux, des escalades fuitées, de l'accord. Ces 17 zouaves font de la résistance, en muscles et en champ libre. Voleurs d'espace, ils affichent une franche alliance avec des éléments qu'il leur a fallu dompter. S'ils pulvérisent quelques chartes signées de longue date, ils en inventent d'autres avec des signes bien à eux.

Et les partitions de Marc Perrone ? Venues du cinéma et de toutes les toiles, elles convoquent tantôt la nostalgie, tantôt l'humour sobre. Et ces pages fiévreuses qui nous emmènent plus loin, jusqu'aux cimes rêvées.

La Libre Belgique, Françoise Lison - 28-02-2011

Le cirque

"Le cirque est le seul endroit au monde où l'homme est capable de rêver les yeux ouverts"
Ernest Hemingway

Des origines antiques à la naissance du cirque moderne au XVIIIe siècle
Le cirque est un art populaire et ancestral dont les origines remontent à l’Antiquité. 5000 ans avant J.-C., la Chine, est le berceau de l’acrobatie. Femmes, enfants et paysans manient des objets du quotidien. Puis, viennent les contorsionnistes hindous, les équilibristes japonais sur bambous, et, vers 2000 avant J.-C., les jongleurs à trois balles d'Egypte.

Dans l’Europe médiévale, jongleurs, montreurs d’animaux et acrobates sont condamnés à l’itinérance. Ils participent à des fêtes populaires et profanes, aux foires marchandes où ils prennent le nom de « saltimbanques ». Leur habileté est même parfois suspectée de sorcellerie, et conduit certains au bûcher…

La seconde moitié du XVIIIe siècle voit des compagnies de danseurs et de funambules se multiplier. Un sergent-major anglais nommé Philip Astley choisit alors une piste circulaire pour ses voltiges à cheval. Il ajoute au programme, des danseurs et acrobates afin de séduire le public. Le cercle et la variété des numéros, sans rapport apparent entre eux sinon celui de cultiver la prouesse et les situations comiques, deviennent les références du cirque moderne.

Au début du XIXe siècle, Paris devient la capitale mondiale du cirque. À cette époque, plus de cinq cents troupes parcourent l’hexagone. Ces troupes sont souvent familiales (Pinder, Bouglione...) et travaillent sous chapiteaux ou dans les cirques « en dur » disséminés sur le territoire (il n’en reste que six aujourd’hui dont le cirque d'Elbeuf et le cirque d'Hiver). Au début du XIXe siècle, un déclin s’amorce.

Le renouveau : le cirque nouveau ou contemporain
Dans les années 1970, des artistes, voulant rompre avec cette tradition du cirque, partent à la conquête de nouveaux espaces et publics. A l'image de Victoria Chaplin et Jean-Baptiste Thierrée, qui créent en 1971, Cirque Bonjour, fait de rêves, de colombes et de poésie et sont ainsi considérés comme les pionniers du « nouveau cirque ». Alors que le cirque était jusqu'alors synonyme d'exploit, de prouesse ou de danger au travers de numéros établis du dressage de fauves, de l'apparition clownesque aux autres fondamentaux, le spectacle de cirque contemporain fait d'avantage appel à l'émotion et au sensible via un scénario, où l’on met en scène un univers. L’émotion, souvent visuelle, subtile, naît du jeu, de la chorégraphie. Ce spectacle aime croiser théâtre, cirque et danse. Il n’y a plus de fondamentaux, et il est même possible de construire un spectacle autour d’une seule technique (l'art de la jongle par exemple). Les choix plastiques, sonores, acrobatiques, chorégraphiques... donnent l'occasion à chaque compagnie de construire son propre univers. Des compagnies comme Archaos, Plume, La Volière Dromesko font la réputation de ce nouveau cirque théâtralisé.

Dans les années 1980, le cirque se structure et l'Etat accompagne cette évolution. On voit émerger des lieux de formation aux arts du cirque. Après l'ouverture des premières écoles en 1974, celle d'Annie Fratellini et celle d'Alexis Grüss et Silvia Monfort, l'Etat a enrichi la formation supérieure en créant le CNAC, Centre National des Arts du Cirque, en 1985. Les lauréats du CNAC s'attachent à pratiquer leur discipline de prédilection différemment en dépassant la seule technique et en intégrant des références littéraires, théâtrales, plastiques et autres. Le Cri du Caméléon, initié par la compagnie Anomalie, en est le premier exemple emblématique. A leur sortie du CNAC, dix artistes (jongleurs, danseurs, acrobates, musiciens, clowns) créent, avec le chorégraphe Josef Nadj, un spectacle autour du Surmâle d'Alfred Jarry. Le succès est immédiat.

Le spectacle sera même programmé au Festival d'Avignon. Le Cri du Caméléon marque un tournant dans le cirque contemporain et certains parlent de « second souffle » dans les créations.

Toute cette génération d'artistes issue des écoles permet à la création française de se situer à un niveau d'excellence au niveau international (Le cri du Caméléon tournera pendant 3 ans en France et à l'étranger). On compte ainsi les compagnies les plus inventives en matières d'arts aériens (les Arts Sauts), d'arts de la jongle (Jérôme Thomas, Adrien Mondot, Aurélien Bory), ou encore d'arts du clown (les Nouveaux Nez).

Depuis les années 1990, le Ministère de la Culture a été particulièrement attentif au développement des Arts de la piste, identifiés et reconnus en tant que tels. De nouveaux dispositifs d'aides ont été mis en place, notamment en identifiant des « Pôles pour les arts du cirque » qui permettent la production, la diffusion et l'élargissement des publics.

Infos pratiques

Le Grand C
Jeudi 6 décembre
Théâtre Saint-Louis

Partager cet article Twitter Facebook Linkedin Google Plus email
Haut de page

Mon Espace Famille

Mon Espace Famille

Retrouvez-nous sur Facebook

Sortir à Cholet

Décembre 2016
L M M J V S D
      [1] [2] [3] [4]
[5] [6] [7] [8] [9] [10] [11]
[12] [13] [14] [15] [16] [17] [18]
[19] [20] [21] [22] [23] [24] [25]
[26] [27] [28] [29] [30] [31]  
Recherche dans l'agenda par thèmes
Recherche dans l'agenda par lieux
Toutes les manifestations