Fil d'ariane : Accueil/Chaines thématiques/Urbanisme/Etudes et projets d'aménagements/Opération Jean Monnet

Opération Jean Monnet

28/03/2006 - Lu 72377 fois
Dans le cadre du Contrat de Ville intercommunal, la Ville de Cholet a fait réaliser en 2001-2002 une étude de définition et de programmation pour la rénovation urbaine du quartier Laurent Bonnevay.

1- Situation du quartier Laurent Bonnevay

Plan de situation du quartier Laurent Bonnevay

 




Le quartier Laurent Bonnevay est situé au sud de la ville.

Limitée par le boulevard périphérique de Cholet, la cité Laurent BONNEVAY constitue, avec les logements du Chiron, l'essentiel du parc locatif HLM de ce secteur Sud de la ville.

 

 

 

2 - Le quartier et les différents dispositifs de la Politique de la Ville

vue aérienne du quartier Laurent BonnevayDepuis les années 1980, ce quartier a montré de nombreux signes de dysfonctionnement : montée de l’insécurité, de l’incivisme, de la vacance, dégradations des parties communes, "résignation" de la population, exclusion sociale et professionnelle d’une partie toujours plus importante de la population,… L’augmentation de la pauvreté, des familles en situation d’exclusion et le pourcentage important de population jeune et étrangère ont fragilisé le quartier. Il a bénéficié d’interventions multiples dans le cadre des différents dispositifs de la politique de la ville.

en 1981, l’Etat, la Ville de Cholet et Sèvre Loire Habitat s’engagent dans une opération Habitat et Vie Sociale (HVS). La convention signée en 1983 prévoit la réhabilitation de 1024 logements.

en 1989, le dispositif Développement Social des Quartiers (DSQ) se met en place. Plusieurs types d’intervention sont menés concernant à la fois le cadre de vie et l’accompagnement de la population vers une meilleure insertion sociale et professionnelle.

en 1994, le Contrat de Ville prend le relais du DSQ.
Une étude est menée pour la requalification des espaces publics du quartier Laurent Bonnevay.
Des bâtiments font l’objet d’une restructuration.
Une réflexion est engagée sur la dédensification de l’habitat et la démolition de deux tours étudiants (Azur et Océane) suivie de la construction de 7 maisons individuelles sur l’emplacement d’une des tours.
Cette opération de démolition se voulait une réponse à la vacance de nombreux logements et ce depuis des années. Les différentes actions engagées et énoncées ci-dessus ne sont pas parvenues à enrayer ce phénomène. Avant l’opération HVS, en 1983, on dénombrait 200 logements vacants. En 1997, le chiffre s’ élevait à 390 : 250 logements familiaux et 140 logements étudiants.

2000 : l’ensemble des efforts, des initiatives , des travaux engagés depuis maintenant 20 ans, se poursuit dans le nouveau Contrat de Ville Intercommunal.

3 - Objet et justification de l’opération

Au terme d’une étude de Projet Urbain Global conduite en 2000-2001 par le cabinet CERUR, la Ville, l’Etat et Sèvre Loire Habitat ont décidé de s’engager dans la voie de la rénovation urbaine. Le secteur Laurent Bonnevay a été retenu comme prioritaire.

Les récentes études menées par les cabinets GERS et In situ, dans le cadre de la rénovation urbaine du quartier ont permis de poser un diagnostic global sur ce secteur et de définir les grandes orientations de la transformation du quartier pour les prochaines années.

L'analyse territoriale a permis de montrer que :

  • les spécificités d'image, de gestion, d'usage, de fonctionnement, étaient à l'origine de la mise à distance du quartier par rapport à la ville. La concentration d'un habitat collectif, enserré dans les limites physiques fortes, a conduit à un fonctionnement replié sur lui-même,
  • l'espace public est marqué par la discontinuité et la fragmentation des usages : commerces, pieds d'immeubles, services, logements,…et par la difficulté de la perception des accès et des liaisons avec la ville.

Les enjeux pour le quartier sont donc les suivants :

  • réappropriation des logements collectifs par une réhabilitation,
  • requalification des espaces extérieurs,
  • diversification de l'offre résidentielle,
  • traitement des liaisons avec les espaces proches du quartier,
  • mise en valeur de l'entrée de ville et requalification de l'image du quartier.

Des orientations pour la reconquête du territoire ont été formalisées par le bureau d'études et validées par le comité de pilotage :

  • la reconquête résidentielle progressive, mêlant des opérations de démolition-reconstruction, de réhabilitation lourde et légère, de diversification des opérateurs, de cession de logements. Elle s'accompagne également d'interventions sur les logements et les immeubles existants (chauffage, façades,…) ainsi que sur l'espace collectif et l'espace public,
  • la valorisation du secteur Sud-Est, porteur des dynamiques commerciales et institutionnelles.

Une seconde étude a été réalisée en 2003 pour préciser la stratégie d’intervention sur le quartier et mettre en forme un plan de composition urbaine.

"La diversification du secteur résidentiel"

La démolition

L’occupation actuelle des logements du quartier (70 %) ainsi que l’ancienneté du patrimoine justifient la possibilité d’opérer une libération foncière par démolition d’immeubles. Cette action permet d’engager un renouvellement de l’offre résidentielle, une adaptation des modes circulatoires du quartier et une recomposition des formes bâties contraignantes (orientation au soleil défavorable, grandes longueurs de bâtiments, espaces inconfortables,…).

Le secteur nord du quartier, dans lequel sont concentrés les logements vacants, présente une opportunité intéressante pour entamer la diversification des formes de logements. Il est en voisinage direct avec deux secteurs résidentiels différents : le secteur pavillonnaire du Calvaire et la zone résidentielle mixte du Chiron. Et c’est à partir de ces proximités diversifiées que peut se recomposer l’offre de logements. L’état général des immeubles de ce secteur, ne permet pas d’être rénové, ils sont en majorité murés et ont fait l’objet de vandalisme.

La démolition est prévue en deux phases :

  • une première phase de 190 logements pour libérer le foncier nécessaire à la viabilisation, de la première zone de construction.
  • une deuxième phase de 104 logements situés dans le secteur sud ouest (Tocqueville) doit permettre de restructurer l’axe central et d’ouvrir un axe sur l’avenue du Président Kennedy en relation directe avec le secteur pavillonnaire existant, renforçant ainsi l’accessibilité du cœur du quartier.

La reconstruction

La construction de logements en dehors du quartier.
Entre 2004 et 2007, 95 logements individuels seront construits par SEVRE LOIRE HABITAT en dehors du périmètre du quartier.

La construction de logements dans le quartier.
De 2004 à 2007, 75 constructions de logements sont programmées dans le quartier. Pour répondre aux attentes des habitants, repérées notamment dans l’étude sociologique, plusieurs types de constructions sont prévus :

  • Création d’un habitat semi-collectif R+1 et R+2,
  • Construction d’un habitat individuel et semi-individuel dont une partie sera proposée en location-accession…

La réhabilitation et le relogement des locataires.

Plan du projet - la phase opérationnelle (représentation du quartier et indication sur les logements en démolition, réhabilitation)Depuis près de 5 ans, dans l’attente des orientations définies par les différentes études pour le renouvellement urbain et par le Plan Stratégique du Patrimoine, SEVRE LOIRE HABITAT n’a pu engager une programmation de réhabilitation et d’entretien lourd de son patrimoine dans le quartier. Toutefois pour répondre à une demande très forte de la part des habitants une première cage d’escalier a été entièrement réhabilitée (création d’un chauffage collectif, remplacement des menuiseries extérieures, réfection des peintures, papier peint et revêtement de sol). Un de ces logements sert d’appartement témoin pour la concertation préalable à la réhabilitation et de local de permanence-information tout au long de l’opération.

La question de la démolition et de la reconstruction est étroitement associée à une intervention forte sur le bâti existant : réhabilitation lourde en secteur non occupé permettant certains relogements, réhabilitation plus légère pour certains bâtiments ne présentant pas de signes forts de dysfonctionnement. Des travaux sont actuellement en cours (changements des menuiseries extérieures) sur deux bâtiments entièrement occupés. Le coût des réhabilitations s’élève en moyenne à 18 000 € H.T. par logement. Le Plan Stratégique du Patrimoine est en place depuis l’automne 2002. Ces orientations ont été actées, chiffrées et planifiées.

Le premier volet de cette réhabilitation porte sur 378 logements.

Les relogements sont gérés depuis l’agence SEVRE LOIRE HABITAT du quartier. C’est un dispositif de proximité relayé en tant que besoins par les services centraux (Conseillère en Economie Sociale et Familiale, service commercial). Une attention particulière est portée à la question économique, l’organisme prenant en charge tous les frais liés au relogement : frais de déménagement, transfert des abonnements (courrier, électricité, gaz, téléphone, eau, …).

 

"La requalification des espaces extérieurs et la création d'un maillage de voies autour d'un axe fort"

Le projet propose de désenclaver le quartier en favorisant les liaisons avec les quartiers périphériques, par des opérations de démolitions et de constructions, mais également par la création d’un réseau de voies principales (existantes ou à créer) qui se connecteront sur les axes périphériques du quartier. Un axe de liaison fort (voirie existante à requalifier et à recalibrer) irriguera le cœur du quartier.

Ce maillage viaire a été défini autour de l’axe Robert Schuman. D’un système constitué d’une majorité de voies sans issue, on passera à une trame viaire hiérarchisée. Certaines voies structurantes permettront la traversée du quartier de part en part en se connectant sur les axes périphériques. Un réseau de voies secondaires assurera la desserte des îlots ainsi créés. La solution proposée s’attachera à rendre accessible et visible l’ensemble des secteurs résidentiels.

Le projet urbain proposera également de requalifier les espaces publics et d’accompagnement existants ou à créer, comme les espaces verts et les plantations, les espaces piétonniers, les voiries, le mobilier urbain… Les espaces paysagers de qualité existants seront, dans la mesure du possible, conservés et valorisés.

4 - Périmètre de rénovation urbaine

 Plan du périmètre de rénovation urbaine

Partager cet article Twitter Facebook Linkedin Google Plus email
Haut de page

Sortir dans le Choletais

Décembre 2018
L M M J V S D
          [1] [2]
[3] [4] [5] [6] [7] [8] [9]
[10] [11] [12] [13] [14] [15] [16]
[17] [18] [19] [20] [21] [22] [23]
[24] [25] [26] [27] [28] [29] [30]
[31]            
Recherche dans l'agenda par thèmes
Recherche dans l'agenda par lieux
Toutes les manifestations

Retrouvez-nous sur Facebook

L'image Instagram

Cholet sur Instagram