Fil d'ariane : Accueil/Chaines thématiques/Urbanisme/Le Plan Local d'Urbanisme - PLU/Les activités économiques

Les activités économiques

28/03/2006 - Lu 55998 fois
Le Plan Local d'Urbanisme - Diagnostic sur les activités économique

En 1999, le nombre d'actifs résidant à Cholet s'élevait à 25 517. 22 206 personnes exerçaient effectivement une activité professionnelle (population active occupée) ; 3 206 personnes étaient à la recherche d'un emploi.
La part des ouvriers dans la population active occupée reste largement supérieure à la moyenne nationale (32,7% contre 25,6%), mais diminue au profit des employés et surtout des professions intermédiaires (techniciens, agents de maîtrise…). De son côté, la mutation agricole se poursuit. En 20 ans, le nombre d'actifs agricoles a été divisé par 1,5. Ils sont aujourd'hui 260. En parallèle, le nombre d'actifs travaillant dans l'industrie agro-alimentaire ne cesse de progresser. Ils étaient 492 en 1982; 1 036 en 1999.


Evolution de la structure socio-professionnelle à Cholet

Graphique montrant l'évolution de la structure socio-professionnelle à cholet entre 1990 et 1999

La structure socio-professionnelle à Cholet et en France en 1990

 Graphique de comparaison de structure socio-professionnelle entre cholet et sur le plan national

Un pôle d'emploi

Sur les 22 206 actifs occupés, près de 17 000 travaillent à Cholet. Les autres, soit 5 216 personnes vont travailler dans une autre commune, dont 20% dans une des communes de l'Agglomération du Choletais. On les appelle les migrants alternants.
Dans le même temps, un peu plus de 15 000 personnes viennent chaque jour à Cholet y travailler mais sans y habiter. Ils s'ajoutent aux 17 000 actifs résidant et travaillant à Cholet, portant le nombre d'emplois aux alentours de 32 000, soit 2 116 de plus qu'en 1990. Ces chiffres témoignent du rôle majeur de la ville au cœur de son bassin de vie.

L'activité économique choletaise se diversifie et connaît actuellement des mutations importantes. Comme sur le plan national, les délocalisations et l'automatisation entraînent un tassement du secteur industriel : 812 emplois ont disparu dans ce secteur entre 1990 et 1999; dans le même temps, 3 266 ont été créés dans le tertiaire.

Le nombre de salariés a particulièrement augmenté dans les secteurs de l'immobilier, des télécommunications et des transports. La réalisation de l'A87 a eu un effet d'entraînement sur l'implantation d'entreprises de transport et sur l'agrandissement de plusieurs plates-formes logistiques, au Cormier notamment, à l'image de Logidis inaugurée le 10 octobre dernier. Cette filière qui accuse pourtant une pénurie de main d'œuvre devient un atout majeur pour le développement économique de la ville.

Une grande partie des activités industrielles se situe dans le secteur nord-est de la ville. Un second pôle s'affirme au sud (parc d'activités du Cormier). Le dynamisme de l'activité économique devrait se renforcer prochainement au sud avec l'extension de la zone du Cormier (55 ha) et au nord grâce à la réalisation prochaine de la zone de l'Ecuyère (160 ha). Les activités tertiaires (bureaux, services) se développent au sud-est, parc du Carteron et à l'entrée nord-ouest, sur la zone du Bordage Neuf.

Un pôle commercial attractif

Avec 43,5% du nombre des points de vente de l'arrondissement, Cholet est incontestablement un lieu de consommation attractif. Son attraction commerciale s'exerce dans un rayon de 30 à 40 km. Alors que par le passé, le centre-ville était le pôle commercial principal, ce sont les zones périphériques (grandes surfaces spécialisées et hypermarchés) qui aujourd'hui attirent la clientèle.

L'implantation de moyennes surfaces alimentaires dans les quartiers permet cependant de conserver quelques pôles de petits commerces et de résister à l'attractivité de la périphérie. Les 8 marchés hebdomadaires de plein-air, ainsi que les halles ouvertes quotidiennement, contribuent également à l'animation des quartiers.

Une agriculture dynamique

Cholet est une des plus importantes communes agricoles du département de Maine et Loire. 126 exploitation mettent en valeur plus de la moitié du territoire communal (4 750 ha).

 

Les exploitations sont de plus en plus grandes et de plus en plus souvent organisées sous forme de sociétés, GAEC par exemple. L'agriculture choletaise est essentiellement tournée vers l'élevage.

Les enjeux

En matière d'activités économiques, les enjeux pour demain portent notamment sur :

  • la rationnalisation de la consommation de l'espace,
  • le réinvestissement des friches industrielles,
  • la maîtrise de la croissance des zones commerciales au profit du centre-ville,
  • la requalification des zones d'activités,
  • la pérennisation de l'activité agricole.
Partager cet article Twitter Facebook Linkedin Google Plus email
Article précédent : Les équipements publicsArticle suivant : Salon - Exposition
Haut de page