Fil d'ariane : Accueil/Chaines thématiques/Urbanisme/Le Plan Local d'Urbanisme - PLU/Les déplacements urbains

Les déplacements urbains

28/03/2006 - Lu 54762 fois
Le Plan Local d'Urbanisme - Diagnostic sur les déplacements urbains

Cholet a connu une forte expansion urbaine dans les années 70 et 80, consécutive au développement de ses activités économiques. Ce développement a été accompagné et canalisé par une politique d'aménagement de l'espace et d'équipements urbains conçus pour une ville de 100 000 habitants, et notamment un grand périphérique autour duquel s’est organisée la ville.

Un pôle d’emploi et d’étude

En plus des 17 000 actifs travaillant et vivant à Cholet, près de 15 000 personnes viennent chaque jour d'une autre commune y exercer leur activité professionnelle. Cela confirme bien le rôle majeur de la ville au cœur de son bassin de vie.
Appelés “migrants alternants”, ils sont majoritairement originaires des communes périphériques telles La Séguinière, La Tessoualle, Saint-Léger, mais aussi de communes plus éloignées comme Beaupréau, Chemillé, Mortagne ou les Herbiers. A l'inverse, 5 000 actifs vivant à Cholet vont travailler dans une autre commune dont 20 % dans une des communes de l'Agglomération du Choletais.
Les jeunes sont également très mobiles. 7 000 adolescents et jeunes adultes viennent de l’extérieur étudier à Cholet du fait d'une forte concentration d'établissements d'enseignement secondaire et supérieur.
A contrario, 1 jeune choletais scolarisé sur 10 se rend dans une autre commune pour y étudier, essentiellement sur Angers, Nantes ou Saint-Laurent-sur-Sèvre.

Le règne de l’automobile

Les actifs, qu’ils habitent ou non à Cholet, utilisent majoritairement la voiture individuelle. Ce mode de transport génère un lourd trafic qui encombre le système routier. L’utilisation de la voiture est d’autant plus facilitée que la ville dispose d’environ 4 000 places de stationnement dont la moitié est gratuite. Le stationnement est un élément clé du système des déplacements.
Il encourage les habitants à utiliser leurs voitures régulièrement alors que d’autres modes de transport existent.
Plus grave que les embouteillages, une hausse importante du nombre d’accidents et de victimes de la route a été constatée entre 1996 et 2000. Les accidents sont de plus en plus dus à des franchissements de feux rouges et à une augmentation significative de la vitesse. En 2001 et 2002 cependant, le nombre d’accidents est en diminution.
Le développement des transports alternatifs

Le réseau de transport urbain se compose de cinq lignes irriguant la ville et de sept lignes desservant les communes de l'agglomération.
Cholet dispose également d’un réseau de 25 km de pistes cyclables favorisant environ 5 % des déplacements domicile-travail. Il ne faut pas oublier la marche à pied qui est un mode privilégié pour les déplacements liés aux activités essentielles de la vie de quartier et aux fonctions centrales de la ville (achats, école, accès aux transports en commun, aux parcs de stationnement,...).

Ces différents modes de déplacement doivent être encouragés parce qu'ils représentent des moyens pertinents pour lutter contre l'utilisation excessive de la voiture et les pollutions sonore et atmosphérique induites. Le rééquilibrage au profit des transports en commun, du vélo et de la marche à pied constitue donc un enjeu de taille pour l'avenir.

Les enjeux

En matière de déplacements urbains, les enjeux portent notamment sur :

  • la recherche d'un meilleur équilibre entre les modes de transport,
  • l'amélioration de la desserte en transports en commun,
  • la valorisation des modes de déplacements de proximité :
    marche à pied et vélo.
Partager cet article Twitter Facebook Linkedin Google Plus email
Article précédent : L'environnement et les espaces vertsArticle suivant : Les équipements publics
Haut de page