De l'électricité renouvelable au barrage de Ribou

Reportage

05/04/2024 - Lu 8281 fois

Chistophe Piet  -  Vice-Président de Cholet Agglomération en charge de l'eau potable et des milieux aquatiques :

La réflexion, c'était aujourd'hui on a un débit de restitution à la rivière, La Moine qui est non utilisé. Comment on pouvait utiliser cette restitution? Et donc, c'est sous le hasard de cette rencontre avec la société Thomwatts, ils ont eu cette idée d'installer cette micro-turbine qui serait capable, par le débit et la chute d'eau, de produire, d'alimenter une turbine qui elle générerait de l'énergie.

Thierry Thomazeau - Président fondateur de Thomwatts, fabricant de la micro-turbine :

C'est une micro-turbine en fait, qui vient s'installer là où jusqu'à présent il n'y en avait pas, c'est à dire ce qu'on appelle le débit de restitution, c'est l'eau que chaque exploitant de barrages a l'obligation de laisser passer en aval pour oxygéner les plantes vertes, les petits poissons. La particularité de cette turbine, entre autres, c'est d'être flottante, d'être reliée au barrage par un tuyau souple et d'utiliser la tuyauterie déjà existante dans le barrage. Et donc on a pris le tuyau qui jusqu'à présent servait à faire couler le débit réservé, le débit de restitution sans produire d'énergie, mais il servait à ça et on est venu se connecter à ce tuyau et on a rouvert la vanne après et ça s'est mis à marcher. Cette turbine, actuellement elle fait 6,2 kW de puissance instantanée. Ça représente la consommation environ d'une quinzaine de maison hors chauffage.

Chistophe Piet  -  Vice-Président de Cholet Agglomération en charge de l'eau potable et des milieux aquatiques :

Cette énergie elle va être aujourd'hui totalement autoconsommée par l'usine d'eau potable que nous avons derrière nous. C'est un petit pourcentage de la consommation totale de l'usine, mais ça reste un début. On est plutôt très fiers de cette innovation et d'être les premiers. Cette usine d'eau potable est très importante pour le Choletais puisqu'aujourd'hui ça alimente à peu près plus de 60 000 habitants, donc de se servir de cette eau restituée à la rivière pour en créer de l'énergie, je trouve que c'est très intéressant.

Sylvain Ruault - Chef de service Eau Potable et Espaces Naturels de Cholet Agglomération :

Normalement, il n'y a pas d'impact et pour cela, par contre, pour vérifier et s'assurer de ça, il y a un observatoire justement des impacts qui est mis en place et qui est opérationnel dès à présent. Ce qui nous intéresse surtout, c'est de regarder ce qu'on appelle la montaison des anguilles. On a des anguilles qui, en période de reproduction, remontent les rivières. Et là c'est justement l'idée de voir est ce qu'il y a un impact sur la circulation de ces poissons là.